Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 juin 2006 4 15 /06 /juin /2006 19:43

La ligne de vie de Raymond Devos ne répond plus ; tout le monde va être au courrant, sauf lui !

 

 

Repost 0
Published by Alex - dans neofantaisie
commenter cet article
8 juin 2006 4 08 /06 /juin /2006 05:09

1 + 1 = Huns

 

Repost 0
Published by Alex - dans neofantaisie
commenter cet article
30 mai 2006 2 30 /05 /mai /2006 07:47

...moi aussi...

                           

Repost 0
Published by Alex - dans neofantaisie
commenter cet article
22 mai 2006 1 22 /05 /mai /2006 11:27
 
 
 
- Hé, Judas, je te rappelle que tu me dois 30 deniers !
- Ouais, euh, c’est que… Là tout de suite…
- Oui…?
- Ben pour te les rendre, faudrait un miracle.
- …
- OK, bon ; écoute, j’emprunte à Barrabas et…  
- Fais une croix sur Barrabas, je l’sens pas trop celui-là. Tu ferais mieux d’aller bosser au lieu d’emprunter à des bandits. 
- Mé euh, Maître on n’est pas sensé bosser lorsqu’on est un de tes disciples ; les gens nous filent l’aumône et toi tu multiplies la bouffe…
- La bouffe, mais pas le pognon !
- Ah. Bah, au fond, y’a pas que le pognon dans le vie, hein…
- Tu fais comme tu veux, tu braques le questeur si ça t’amuse, mais tu me rends mes 30 deniers, avant le chant du coq !
- OK
 
 
 
Repost 0
Published by Alex - dans neofantaisie
commenter cet article
18 mai 2006 4 18 /05 /mai /2006 15:33
 
 
Non, vous ne rêvez pas : voici bien une nouvelle manche pour le jeu d’une seule question, et l’occasion, pour beaucoup, de prendre (peut-être) une fichue revanche !
 
La question du jour du jeu d’une seule question :
 
Qui furent les grands-parents paternels de Jésus-Christ ?
 
REPONDEZ, vous n’avez pas le choix.
 
Repost 0
Published by Alex - dans neofantaisie
commenter cet article
15 mai 2006 1 15 /05 /mai /2006 13:29
 Vocilà une mésaventure véridiquement récente qu’il me semble piquant de narrer ci-bas.
Sans peur du Condé-ra-t-on, au mépris des poursuites sarkoantidiffamatoires, je n’hésiterai point à fustiger l’incompétence des brebis galeuses osant souiller les rangs de notre glorieuse administration d’Etat
Sachez donc, vous austres, que vendredi dernier, rentrant d’un cocktail au Sénat pour le soutien de Monsieur le Premier Ministre, ma femme et moi fûmes mêlés à une effroyable tragédie du quotidien. Nous quittions Vincennes en pleine nuit, cheminant vers le pays de Canaan (la seine et Marne nord), madame stoppant docilement le moteur de sa Deux-chevaux à l’approche d’un feu rouze, lorsque soudain deux individus chevauchant un léger deux roues s’en prirent à un jeune conducteur de Vespa, avec la complicité d’un troisième mécréant à l’affût. En un clin d’œil, les brigands s’emparèrent du scooter, aspergeant le malheureux jeune homme d’une bonne quinzaine de litres d’un produit lacrymogène sous pression. N’écoutant que son courage, mon admirable conjointe, fila illico à la poursuite de deux des bandits afin de les rosser comme il se doit quand elle dû renoncer : ces chiens de marauds ayant pris la nationale à contre sens, légers qu’ils étaient sur le cyclomoteur. Nous stoppâmes donc net les machines pour porter secours à la pauvre victime qui semblait émettre quelque insatisfaction voire une once de désagrément au sujet du produit irritant qui lui barbouillait la face.
« Tout doux, l’ami !», lui lançai-je en lui foutant un coup de genou dans le plexus afin de déplacer la zone douloureuse et le soulager ainsi de ses lésions faciales. « Il faut te ressaisir, jeune con, dans le fond tu l’as bien un peu cherché, pas vrai ? », ajoutai-je d’un ton réprobateur.
Mais bien vite nous dûmes écourter les épanchements de courtoisie pour parer au plus pressé et appeler les services d’urgence appropriés. Et, là, grands dieux, quelle ne fut pas la maladresse que commit ma douce colombe en composant « police secours » sur son hygiaphone mobile ! Mais comment diable aurions nous pu imaginer la non conséquence d’un tel appel ?
 
1) Le monsieur du 17 demande des détails et ajoute qu’il appelle les pompiers
2) Nous attendons comme des poires williams pendant une vingtaine de minute (fait pas chaud)
3) Madame rappelle « police secours », qui prétexte un changement de brigade pour excuser l’absence de prise en charge de notre demande, et (comble) nous conseille de nous rendre par nos propres moyens au commissariat le plus proche (il faut déjà le trouver) en compagnie de la victime
4) L’on finit par trouver ce fichu poste de police, et là, un individu visiblement las, nous accueille frileusement, pour nous expliquer que somme toute, il vaudrait mieux que nous nous rendions au commissariat du XIIème arrondissement de Paris pour y déposer nos plainte et témoignages.
5) Madame rappelle le 17, une femme apparemment plus zélée lui répond, s’étonne de la situation et conseille de retourner au poste d’où nous venons.
6) Là, le fonctionnaire visiblement agacé nous accueille d’autant plus froidement et nous explique avec force arguments (peu convaincants) qu’il est réellement dans notre intérêt d’aller dans le XIIème, si nous désirons avoir la moindre chance de voir nos efforts aboutir, et le jeune homme retrouver son scootaire
7) Nous nous rendons – avec un rien de mécontentement – dans cet imposant édifice du XIIème, où nous accueille cette fois, non point un agent fatigué mais un fringant fantassin, menton saillant, claire voix, et gilet pare-balles au plastron
8) En ce lieu, enfin, après un peu d’attente, nous pouvons accomplir notre belle tâche de délation sous l’écoute bienveillante de deux messieurs de la pôlice en civil, très aimables
9) après trois bonnes heures et demi de déambulation, nous finissons par ramener notre victime et son cousin à leur domicile avant de rejoindre notre manoir banlieusard
 
 
Et surtout, n’oubliez pas de payer vos impôts, je ne sais pas trop à quoi ça sert, mais ça doit bien servir à quelque chose…       
 
 
Repost 0
Published by Alex - dans neofantaisie
commenter cet article
8 mai 2006 1 08 /05 /mai /2006 18:25
Parmi les belles choses de la vie du monde qu’on vit, voici que le fameux Maître Eolas nous donne à connaître un peu plus sur les plaisantes conditions de transport dont jouissent certains passagers en partance depuis nos rutilants aéroports :
 
 
 
En bonus, le pitchoune commentos que j’ai lâchement lâché sur le sujet :
 
Tiens, il semblerait que de zélés agents du service publique s’emploient à appliquer avec minuties les termes du Code Noir
Jadis, les méthodes étaient un rien différentes, modes de transports obligeant, les pauvres bougres atterrissaient à fond de cale, enchaînés et entassés ; les enjeux économiques étaient certes d’une autre ampleur : on trimbalait de la main d’oeuvre fort bon marché pour un négoce lucratif. Aujourd’hui, en revanche, on se débarrasse d’une main d’œuvre corvéable pour soi-disant remettre l’économie en bonne marche ; mais en omettant toutefois bien volontiers de s’en prendre au puissantes entreprises qui profitent à tout va des réseaux d’immigration clandestins pour alimenter les abysses de la sous-traitance (pardon, la sous-traite !)
Repost 0
Published by Alex - dans neofantaisie
commenter cet article
4 mai 2006 4 04 /05 /mai /2006 19:32
 
Tantôt, fort concentré que j’étais au volant de ma Lamborghini Countach sur les différents problèmes attenant à la philosophie kantienne du Code de la route ainsi qu’à divers autres sujets conceptuellement enthousiasmants, il m’est venu un profond étonnement. Voyez plutôt,  l’étrange chose que voici. D’aucuns s’étant encanaillés par la lecture ou l’écoute de quelques chroniques aussi frivoles que doctes concernant les subtilités des plaisirs amoureux auront sans doute remarqué la signature de vedettes du cinéma pornographiques, promptes à conseiller Madame ou Monsieur sur des points d’ érotechniques. Cela pourrait aller de soi, serait-on souvent enclin à penser. Le ou la conseillère ayant bien souvent pratiqué de façon ostentatoire les délices de la chair. Mais une question reste en bouche, volontiers invasive, tel l’arôme puissant d’un vin de Bourgogne au caractère affûté : que savent vraiment des personnes qui jouent la comédie, qui simulent habilement en acteurs et actrices expérimentés qu’ils sont, des pratiques réelles de la jouissance ? Plus que tout un chacun ? Il est permis d’en douter. Car tenir un rôle n’apprend probablement guère sur la réalité de ce qui est mis en scène. Ne serait-ce pas plutôt aux véritables experts, aux libidineux authentiquement imprégnés et instruits de tenir lieu d’enseignant(e)s ?
 
C’est la raison qui a conduit votre dévoué serviteur, à prêter plus d’attention aux témoignages aussi simples que sincères de quidams anonymes dont on peut parfois lires les propos édifiants sur ces lieux d’écriture « online » que sont les faurhums de dizkussion szpétzialisés.
 
Mais n’allez point penser que je toise le savoir des comédiennes et comédiens du X, leurs connaissances gagneraient  en crédibilité, je crois, si elles nous étaient offertes relativement à des sujets qu’elles et ils la maîtrisent, comme par exemple : l’art de mettre en valeur ses attraits physiques, la manière de montrer une posture aguichante, les petits secrets qui permettent de garder l’équilibre lors de positions kamasutro-athlétiques, ou encore, bien sûr, l’héritage de Spinoza dans les développements post-modernes d’une tradition des Lumières.       
 
 
Repost 0
Published by Alex - dans neofantaisie
commenter cet article
1 mai 2006 1 01 /05 /mai /2006 18:02
Après de longues discussions avec moi-même et avec l’aimable participation de mes neurones, je crois pouvoir annoncer l’ingénieuse trouvaille qui s’est octroyée une fameuse place au palmarès de mes idées.
 
C’est que, réfléchissant à la manière d’exercer une activité professionnelle à la mesure de mes exceptionnels talents, et vu la profusion de ceux-ci ; ayant testé durant quelques années  la misérable occupation de travailleur salarié pour en tirer plus d’inconfort qu’autre chose, je me suis laissé séduire par un statut autrement plus reluisant : celui de « profession libérale ».
 
Non, je n’ai pas choisi de m’installer comme psychanalyste, chamane ou pédicure !
 
Et parce qu’il faut toujours faire poireauter le lecteur, afin de ménager la surprise, le suspense, la chèvre et son chou, je vous dévoilerai bientôt la fort considérable chose.
 
 
?  
Repost 0
Published by Alex - dans neofantaisie
commenter cet article
25 avril 2006 2 25 /04 /avril /2006 01:00

- C'est eux ?
- Oui oui !
Je sais que ça va encore faire des jalouses, mais bon
 
 
Repost 0
Published by Alex - dans neofantaisie
commenter cet article

Accueil

  • : neofantaisie
  • : Un peu de fantaisie dans ce monde de brutes !
  • Contact

David Vincent l'a vu...

 untitled

Mes fôtiôs

Archivage Réglementaire

Techniques de Haute Fidélité

 Add to Technorati Favorites 

 

Le profil Facebook de Alexandre Bouchicot