Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2006 5 18 /08 /août /2006 10:27

Hélitreuille-moi profond dans l’axe
 
Sortie : 12 brumaire 1998
 
Réalisateur : Abdallah ELJOUI-SESSUR
 
Avec : Laura SHOW ; James A ; Georg ASSME ; Anne HALLE ; Hélène SUSSER ; Lesch MARAIS 
 
 
Cette nouvelle production des studios Pulation & Co nous entraîne dans un étourdissant ballet de perceptions.
 
Semblant avoir été écrit d’un jet, le scénario ne fait que gagner de puissance jusqu’au séisme final, instant d’explosion dramatique du retour au réel, où, par delà le bien et le mal, se juxtaposent les images crues d’un monde foudroyant, foudroyé, bruyant, braillé, fou. Ce rythme haletant qui nous saisit sans ménagement, n’est pas sans rappeler la course hypnotique de l’Ultime razzia (The Killing, Stanley Kubrick, USA –1957) Et même si l’approche moins narrative qu’obsessionnelle nous trimballe dans les méandres synchroniques d’ouvertures cadencées, la symphonie qui en découle érige l’unité mélodique qui semblait faire défaut.
Car c’est une gigantesque machine à faire du sens qui se met progressivement en branle. Comme si, au lieu de chercher à expliquer ou démontrer, le réalisateur semblait préférer les détours circumbulatoires d’une forme d’intuition bergsonienne.  
Il n’est pas une action, dans cette œuvre, qui ne trouve son fondement dans une sorte de métaphysique de l’intime, comme si l’antre de la connaissance s’offrait par contacts répétés aux plus profonds regards d’une ingénue sagacité.
L’énergie échevelée, qu’injectent sans compter les protagonistes de ce moment d’épanouissement cognitif, ne fait que révéler avec plus de vigueur encore le vide qui reste à combler dans ce registre du cinéma à thèse ;  et même si d’aucuns pourront trouver la casting un rien racoleur, il ne doivent pas oublier les franches rigolades suscitées lorsqu’il fut annoncé que Marlon Brando tiendrait le rôle de Marc-Antoine dans le désormais classique Jules César de Joseph L. Mankiewicz  (Julius Caesar, USA – 1953), gageant qu’il allait chuchoter plutôt que déclamer les tirades de Shakespeare….
 
Enfin, s’il fallait une seule raison d’aller voir ce film, ne serait-ce pas tout simplement pour la poésie surréaliste de son titre ?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Alex - dans neofantaisie
commenter cet article

commentaires

poup43 19/08/2006 17:45

Plus les posts sont de haut niveau moins ils suscitent de commentaires . Celui-ci n'en aura pas beaucoup, sauf de la part de ceux qui voudront me faire mentir, bien-sûr .Il y a aussi des exceptions .

Laurent 18/08/2006 14:04

Aaahhhhh Lex ! Vraiment, je suis fan quand tu écris comme ça. un pur moment de poésie hilarante. Quel talent ! ça force l'admiration. On se sent tout petit.

Accueil

  • : neofantaisie
  • : Un peu de fantaisie dans ce monde de brutes !
  • Contact

David Vincent l'a vu...

 untitled

Mes fôtiôs

Archivage Réglementaire

Techniques de Haute Fidélité

 Add to Technorati Favorites 

 

Le profil Facebook de Alexandre Bouchicot