Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2006 1 30 /01 /janvier /2006 15:53

Depuis des lustres une certaine conception de l’avancement culinaire propose à notre confusion tout un cortège de détournements de sens à faire perdre le goût. N’est-on pas en droit de réclamer, dès lors, une plus grande rectitude morale dans la préparation d’un avenir nutritif tout empreint d’une dignité galvanisante ? Qu’avons nous retenu de cette puissante manifestation de l’esprit domestique au service d’un meilleur confort pondéral et qui stipulait sans détour : « dans l’cochon tout est bon » ? Il semble hélas que bien des oreilles pénibles n’eurent pour mince activité que d’articuler le subtil précepte ci-dessus dans la plus arthritique des argumentations dissonantes. Si bien que le fromage de tête produit eut la fâcheuse conséquence d’entamer sans vergogne la joyeuse et insouciante propension - qui animait presque chacun naguère - à confire le quotidien jusqu’à ce qu’il devienne consommable à la cuiller et non plus résistant comme la chair martiale du cheval de Troie. Et vas-y que j’te file au rayon surgelé sous néons, voiture laborieusement parquée et chariot dans les pognes. « On va pas encore prendre de la pizza, r’garde, y’a des crêpes au fromage ! »

Il fut un temps où l’hilarité la plus spasmodique eut fait se contorsionner la plus banale des ménagères en blouse, si on lui avait suggéré bas au pavillon de l’oreille (comme pour une blague frivole) que les crêpes au fromage c’est de la cuisine. Car il faut bien s’entendre : un lapin chasseur, une daube, une blanquettes, ça évoque les fourneaux, les crêpes : le snack. ’Tention, ne nous méprenons point, si déjà le citadin sans mômes savait aller plus loin que la préparation de la pâte crêpeuse puis sa cuisson en poêle, s’il savait ne serait-ce que composer une béchamel sans grumeaux, s’il savait que des champignons de Paris n’aiment guère tremper dans l’eau (surtout émasculés), s’ils n’ignoraient pas à quelle chaleur régler le four sans la notice, ça ne serait, disons, pas si grave. Car oui, nous en sommes là : non seulement la crêpe au fromage n’est plus considérée comme un divertissement pour cuisinier en herbe tout imprégné encore des beaux traits colorés d’un Michel Oliver optimiste ; on considère cette mise en bouche tellement complexe à bidouiller, qu’il faut s’en remettre aux dieux cancérigènes de l’alchimie industrielle. Un B-A BA perdu : « qui ne sait pas faire du pain perdu, ne risque pas de réussir un baba ».

Et Dieu, dans son infinie mansuétude, a entendu les prières des justes, s’est mis à bricoler une créature. Une créature écologiquement responsable, une créature finement pédagogue, une créature aussi mesurée que généreuse, une créature qui mérite d’être qualifiée d’auvergnate. Il s’agit d'Eric Roux. Homme admirable, s’il en est, ce hussard noir du goût, nous a toujours, avec patience et conviction, présenté la face la plus digne de la chronique télévisée (et radiophonique aussi). Car le pèlerinage du saint homme, parcourant les plateaux profanes, l’esprit farci d’un savoir absolu, a conduit les plus moribondes brebis, vers les rives laiteuse et mielleuses de l’alphabet culinaire. En connaissez, vous, dites, en connaissez vous beaucoup, qui, à son instar, savent en quelques minutes vous transmettre une recette simple, délicieuse et surprenante, vous transmettent des algorithmes de bases, la classification périodique des éléments gastronomique, les tables de multiplication du cuisinier, la manière de choisir le produit, le vrai, avec sa peau, sur l’étal ; mais vous transmettent avant tout : l’envie de cuisiner ? En connaissez vous beaucoup des gars qui vous balancent, comme ça, là, sans prévenir, une recette que l’on croit tout de go dadaïste : endives revenues dans l’huile d’olive et cuites dans du jus d’oranges et cumin ? De quoi défibriller tout amateur de chicons ! Et pourtant, qu’il essaie l’amateur de chicons timoré, qu’il la fasse (en deux temps trois mouvement) et qu’il la goûte, la recette, et il vera. « Ah, nom d’une palourde claustrophobe, c’que c’est bon ! », s’exclamera-t-il béat. 

Et voilà que le diable, dans son infinie malveillance, nous dépixellise Eric Roux, il nous l’ôte du tube cathodique, de l’écran LCD, de la dalle au plasma ! Il nous l’extirpe du tuner analogique ; bref, nous le détélévisionne.

Pleurons, mais n’omettons pas, cela fait d’aller jeter un œil à cette adresse, car les chroniques du Vénérable continueront de s’y afficher telles la délicate empreinte du safran sur l’exquis fumet d’une nage de megalodon : http://www.rouxcuisine.com/

A lire, sur le sujet, l’émouvant hommage de Requia : http://requia.canalblog.com/archives/2006/01/27/1281189.html

  

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Alex - dans neofantaisie
commenter cet article

commentaires

Lola 04/04/2006 21:21

OUha là ! Respect, qu'est ce que c'est bien dit ! à la hauteur de la personne à qui tu rends hommage !!! bravo ! Sauf qu'en attendant, c'est toujours pareil, le gourmet est en proie à son vilain défaut et s'il en reprend, c'est sur son derrière que ça va se voir ! :))
Trèves de plaisanterie, on se connait pas encore ... j'ai parcouru ton blog, j'ai bien rit aussi !!! J'espère que tu reviendras, en tout cas je ne manquerai pas de venir sur le tien ! merci ! ;-)

Juan 01/02/2006 16:21

Mon Alex, ton site est un monument d'égo, ce qui te ressemble bien. Désormais la blogosphère va serrer les fessses.

Je suis heureux que tu relance ton jeux aux questions énigmatiques, jeu dont tu es le seul et vrai maître.

Sinon, mort de rire le post sur GluBax.

Fûmes-nous inoubliables ?

JC

Alex 01/02/2006 14:45

En effet mon cher concitoyen, vous avez amplement raison, je fus naguère non pas batteur mais saxophoniste de chez Glubax et en garde un fort bon souvenir. Ah Ah, nostalgie quand tu nous tiens...
Quant à Glubax, il continue sous une forme nouvelle mais toujours sous l'autorité implacable de son leader cosmoplanétaire. Allez voir à cette adresse, cher ami, pour plus d'informations :
http://glubaxwazir.free.fr/
Alex

Romain Dumel 01/02/2006 14:37

Bonjour.
J'aii eu vent par relatin de l'adresse de votre blog fort sympathique. Ancian habitant de la région de Lagny-Thorigny, votre nom m'interpelle. Ne seriez-vous pas un musicien du groupe gulbax que j'ai vu souvent à Noisiel dans les années 90, et plus précisément aux 8 heures pop ? Ne seriez-vous pas le batteur du groupe ? Si c'est vous, qu'est devenu le groupe ?

Alex 01/02/2006 13:56

Tu as parfaitement raison Elton !
Intéressant ton site web.
Encore Bravo!
Alex

Accueil

  • : neofantaisie
  • : Un peu de fantaisie dans ce monde de brutes !
  • Contact

David Vincent l'a vu...

 untitled

Mes fôtiôs

Archivage Réglementaire

Techniques de Haute Fidélité

 Add to Technorati Favorites 

 

Le profil Facebook de Alexandre Bouchicot