Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 décembre 2007 3 05 /12 /décembre /2007 20:12

NYC - New York State,  13th district – Police Precinct - 05:09 pm  
 
 
Lieutenant DePiro : Eh bien Doc, je n’écoute plus vos messages, mon répondeur est saturé !
Docteur Thomas : Vous, enfin, Bob ! Je commençais à désespérer… C’est tout bonnement fou, je vous assure, tout bonnement fou !  
Lieutenant DePiro : Allons Doc, du calme, si vous m’exposiez plutôt les faits qu’on puisse y voir plus clair ?
Docteur Thomas : Mais les faits, ils sont simples… Un client, je sors prendre un café et hop, évaporé… Il était là, sur cette table. Personne hormis moi, Sam et les agents de ce foutu central n’a accès à la salle d’autopsie !
Lieutenant DePiro : Allez, c’est sûrement une blague ; vous savez, les gars cherchaient un truc pour fêter la naissance de votre petit fils.
Docteur Thomas : Une blague…? Voilà presque une journée entière que je courre dans tous les sens, que j’interroge tout le personnel, du planton au Capitaine, vous ne pensez pas qu’ils auraient trouvé mieux ?
Lieutenant DePiro : Mouais, bien sûr. Alors dites moi très précisément ce qui c’et passé, le moindre détail à de l’intérêt.
Docteur Thomas : Je vous le répète, à 8h30 environ, je déballe mon client avec Sam, je prépare le matériel et je sors tranquillement boire un café avant de commencer l’autopsie. Sujet inconnu, teint basané, portant cheveux longs et barbe, assez maigre, portant des marques de blessures légères sur le haut de la tête, une plaie au thorax et une sur chaque main et sur chaque pied. Je n’ai pas vu grand-chose, juste un œil en vitesse pour me donner un avant goût. Ah si, attendez, il est encore sur la table : ce drap. Notre bonhomme était emballé dedans, les gars de la morgue l’y ont laissé suivant les instructions d’un de vos sergents.
Lieutenant DePiro : Faites voir.
Docteur Thomas : Tenez, on dirait du lin, ce machin n’est pas franchement moderne, il semble tissé à la main. Et voyez ces traces brunes, le client y a comme laissé son empreinte. Il devait être fichtrement crasseux… Pourtant, et ça c’est assez bizarre, aucune odeur lorsque nous l’avons sorti, la décomposition ne semblait même pas avoir commencé. Et je sais que vous ne l’avez ni trouvé dans une chambre froide, ni au pôle Nord, nous sommes au printemps, il fait 27° à l’extérieur…
Lieutenant DePiro : En effet, mes gars l’ont ramassé à l’extrême sud de Corona Park, au bout de l’avenue, dans une sorte d’installation, on aurait dit une grotte, d’après eux.
Docteur Thomas : Bon, il n’était pas sous la glace… ?
Lieutenant DePiro : Non, non, juste étendu à l’intérieur de ce bidule dont personne, évidemment, ne sait ce qu’il fait là. Alors, je résume, vous sortez votre bonhomme de son sac, vous dépliez la nappe dans laquelle Mémé semble l’avoir enveloppé après son meurtre, il ne porte aucun vêtement, vous jetez un coup d’œil global, remarquez six blessures… Dites, aux pieds, aux mains et au thorax, c’était quoi comme genre de blessure ?
Docteur Thomas : Au thorax, quelque chose d’assez net, quinze centimètres environ, assez propre, sans doute une arme blanche. Aux pieds et aux mains, des plaies plus sales, même type d’objet pour les quatre, les marques étaient très semblables, j’ai d’abord pensé à une arme à feu, mais pas de traces de brûlure, aucun résidu alentours, vous savez, c’est le genre de chose que l’on voit immédiatement. Mais je serais bien incapable me prononcer sur la cause du décès étant donné que je n’ai plus de corps !
Lieutenant DePiro : Mouais, mouais, mouais… Un néo Hippie latino, ou clochard propre, qui se fait probablement un peu malmener avant d’y passer et qu’on dépose ensuite dans une sorte de mausolée aux abords d’un parc… Règlement de compte : je n’y crois guère. Pas de blessures par balle, le corps est exposé comme un sapin de Noël au lieu de finir au fond du Meadow ou d’un broyeur. Ça ne colle pas. Par contre, tout ça sent le rituel, je verrais bien une secte d’illuminés…
Docteur Thomas : Désolé Bob, mais je n’ai vu aucun beatnik en transe débouler dans les couloirs ce matin. Tout ce que je veux, moi, c’est qu’on me rende mon client. Je n’aime pas me faire piquer mon rosbif !
Lieutenant DePiro : OK, Doc, on va s’en occuper. Au fait, votre John Doe, ça ne serait pas mal de lui trouver un surnom avant qu’on parvienne d’une part à le retrouver, d’autre part à l’identifier. Vous dites que c’était un type basané, oriental ou latino, sûrement.  Faudrait quelque chose qui plaît aux hispaniques, on lui doit bien ça à notre farceur, pas vrai, Doc ?
Docteur Thomas : Je ne sais pas moi, Alberto, Luis, Juan… Jesus ?
Lieutenant DePiro : Ah oui, pas mal ! Jesus, ça me plaît bien, ça.
 
    
    

Partager cet article

Repost 0
Published by Alex - dans neofantaisie
commenter cet article

commentaires

Bougrenette 06/12/2007 22:34

j'avoue un sourire, (-18) c'est excellent, quelle ambiance, quel suspense, toujours ce style unique. toujours un plaisir de passer ici te redécouvrir à chaques notes. Je t'embasse.

Accueil

  • : neofantaisie
  • : Un peu de fantaisie dans ce monde de brutes !
  • Contact

David Vincent l'a vu...

 untitled

Mes fôtiôs

Archivage Réglementaire

Techniques de Haute Fidélité

 Add to Technorati Favorites 

 

Le profil Facebook de Alexandre Bouchicot