Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 20:33

Mon frère, pas « adieu » ni encor « à jamais »,

Mais plutôt « à toujours »,  en douceur éthérée.

Que le son de ta voix à présent retirée

Me revienne et m’apaise  en esprit désormais.

 

Ton sang passe en mon cœur et mon souffle est le tien

Ta main que je tiens fort est au-delà des vues

Et même si de chair ton être est dépourvu

Tout mon corps à ta vie clame un féru  soutien.

 

Aux heures du printemps donnant au renouveau

Ses fragrances sublimes, ses chatoyants feux

Ton âme, flamme intime, passe loin l’enfeu

De l’étroit souvenir, frêle baliveau.

 

De toi tout est beauté en instance d’éclore

Ta présence épurée est forte d’un éclat

Qui défait les écueils dont tu étais las

Et fournit aux matins les raisons d’une aurore.

 

Par delà toute peine et césure brutale

Demeure ton essence, admirable présent

Qui d’un passé ployé détord le cuisant

Et conjure les torts en déni du fatal.

 

Mon frère, pas « adieu » ni encor « à jamais »,

Mon frère « à toujours »,  en douceur éthérée.

Published by Alex
commenter cet article
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 12:04


Depuis longtemps, le comité scientifique de Néofantaisie recommande les vertus de l’hibernation à Homo Sapiens (ainsi qu'aux Néanderthaliens, s’il en reste parmi vous, chères lectrices, chers lecteurs) mais il a néanmoins fallu attendre des travaux de médecine récents pour cette évidence soit plus officiellement révélée.

Pendant des lustres, en effet, l’obscurantisme a régné sur ce sujet, au point que l’on bafouait la nature primitive de notre pauvre espèce, si malmenée par les usages modernes, escamotant l’hibernatus en puissance qui sommeille (si j’ose dire !) en nous.
Car si nos pauvres cervelles intoxiquées aux idéologies diverses et dérisoires ont pu forcer les saines règles de mère nature, il reste pourtant au sein même de nos organismes, les traces archaïques des plus salutaires comportements.

Et c'est ce qu’ont pu révéler les travaux de Monsieur le Docteur Bourbon, dans une mise en perspectives avec ceux de la très honorables lauréates du prix Nobel de médecine, Madame Elisabeth Blackburn. 

Marmotte

 

 Cliquez donc sur la marmotte pour lire le communiqué de presse du Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse

NounoursH

 

 Cliquez, en outre, sur le nounours afin de prendre connaissance d'un entretien avec Monsieur le Docteur Bourbon 

Published by Alex - dans neofantaisie
commenter cet article
13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 21:46

Fumer tue3
Published by Alex - dans neofantaisie
commenter cet article
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 12:27

 

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10



2010 

 

 

 

 

 

 

Published by Alex - dans neofantaisie
commenter cet article
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 14:16



Nobles Seigneurs, gentes Dames,

 

Souffrez que j’offre à votre connaissance une heureuse nouvelle. En effet, depuis peu, il est proposé à l’usage de vos seigneuries une demeure au confort strict mais suffisant pour échapper, un temps, aux difficultés actuelles d’établir un foyer. Car enfin, notre époque est bien rude et surgissent mille ecueils lorsque les gens de qualité envisagent de prendre demeure. Combien onéreuses et combien malingres sont les annonces de places à quérir lorsqu’il est question de s’établir non loin de l’éternelle Lutèce ! Songez aux files pathétiques qui hantent les couloirs de quelque bouiboui délabré quand une misérable offre de location suscite des convoitises tant légitimes que dramatiques. Si bien qu’il est devenu plus qu’ardu de trouver la moindre étable où s’installer, tandis que par une étrange fatalité les organismes de logement sociaux semblent enfouir sous la masse de Gizeh nos misérables doléances… Et quand bien même, après moult sacrifices, nous obtiendrions à prix d’or un lugubre grenier pour poser notre malle, la souillure des lieux et la fort malplaisante compagnie d’un entourage rustre, aurait tôt fait de plonger le plus téméraire des gentilshommes dans un état de prostration et de mélancolie proche d’une madeleine proustienne ramollie dans l’infusion de camomille. 


C’est pourquoi, grâce au Ciel, les autorités régentes ont eu la salutaire initiative de mettre sur pieds quelques dispositions toutes empreintes d’une alerte philanthropie. Ainsi, sans attendre les sarcasmes ruminants ou les quolibets sournois des bourgeois rosoyants, des mandarins exceptionnellement bien zélés ont fait ouvrir les grilles du domaine de Versailles, de sorte que Pairs de Frances, Seigneurs de Bourgognes ou de Navarre, voire Grands d’Espagne ou patriciens florentins, puissent y gîter dans la plus douce quiétude, échappant alors enfin tant à l’inquiétante pénurie locative qu’à l’ingrat côtoiement de la plèbe.

Ce vrai dispositif social, cette aide solidaire pour une fois bien menée, prend la nomination d’Habitât au Luxe Majestueux (HLM) et devrait permettre un grand bond en avant vers le progrès dont notre glorieuse République démocratique populaire pourra se féliciter !

Désormais, galerie des Glaces et allées de Le Nôtre résonneront doucettement au rythme élégant des pas du beau monde, tandis que seront boutés hors de là gueux, vilains, hérétiques et Brittons.   

Published by Alex - dans neofantaisie
commenter cet article
8 mai 2009 5 08 /05 /mai /2009 21:40

Jusqu’à quand enfin, Retraité, abuseras-tu de notre patience ? Combien de temps encore serons-nous ainsi le jouet de ta fureur ? Où s'arrêteront les emportements de cette audace effrénée ? Ni la garde qui veille la nuit sur le mont Palatin et cotise à la sueur de son front pour subvenir à ta pension, ni les bureaux de Poste répandus dans la ville, ni l'effroi du peuple, ni le concours de tous les bons citoyens actifs, ni le choix, pour la réunion des internautes, de ce lieu le plus sûr de tous, ni les regards ni le visage de ceux qui t'entourent, rien ne te déconcerte ?  Ne sens-tu pas que tes exactions sont dévoilées ? Ne vois-tu pas que ta conjuration reste impuissante, dès que nous en avons tous le secret ? Penses-tu qu'un seul de nous ignore ce que tu as fait la nuit dernière et la nuit précédente, où tu es allé, quels hommes tu as réunis, quelles résolutions tu as prises ?

 

Ô temps ! Ô moeurs ! Néofantaisie connaît tous ces complots, le lecteur les voit ; et le retraité rit encore. Il rit ? Que dis-je ? Il vient au marché de Couilly Pont-aux-Dames; il prend part aux conseils de la République ; son oeil choisit et désigne tous ceux d'entre nous qu'il veut immoler. Et nous, hommes pleins de courage, nous croyons assez faire pour la République, si nous échappons à sa fureur et à ses poignards. Il y a longtemps, Retraité, que le consulat néofantaisiste aurait dû t'envoyer planter les cochons biologiques dans le Finistère, et faire tomber sur ta tête le chou fatal dont tu menaces les nôtres.




Clique sur le sympathique faciès de l'Ancien



Published by Alex - dans neofantaisie
commenter cet article
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 22:50

Hier et aujourd’hui c’était un peu comme du printemps, alors ça m’a donné envie de ressortir un poème qui cause de ce sujet. Et voilà l’occasion de faire bonne introduction à la me-langue. La me-langue, quoi qu’est-ce ? Eh bien c’est de l’art brut en poésie, si on veut (si, on veut ! Parce que je ne vois pas tellement mieux que cette notion pour en dire un peu ; assez peu en fait, mais je crois que c’est mieux ainsi).

 



QUE JOUR PRINTEMPS NOUS DIT

 

 

Que jour printemps nous dit

est sommeil en déroute;

les forts hibernants pleins

de choses à en perdre le sud :

papillonnants bonheurs de soirs en sérénade ;

gambadants tours de cycle, à tout fendre colza ;

reposants libres rires que bière y bulle en sang qui nous remonte en tête.

 

Tant masse induit que mots y manquent !

 

Ah ! vérité, mes humains, s’actualise

en ce que force influx

catapultent mémoire.

Les petits bouts d’hier, empressés dans l’assaut

ramassent leur gueule en joie sur la porte pensée.

 

Et telle se fait chaque an

la prometteuse venure

de passé-présent glace à rafraîchir futur,

il s’entend là sorbet que parfume eau de vie

pris en adrénaline

et qui grise le gris.

Tout est promis

si pas l’Homme se fracasse

 

 

Mars 1999



Published by Alex - dans neofantaisie
commenter cet article
16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 21:58

De mon temps, « consommer l’amour » signifiait passer à une phase plus sérieuse que faire des bisous sur la joue ; cela voulait dire qu’après s’être confortablement installé dans l’auberge d’Eros, s’être enivré des saintes odeurs d’un festin de blandices, avoir ouvert son cœur comme une bouche espiègle, l’on en venait au fait de savourer la chair.

De nos jours, s’il m’est permis de juger d’après ce que j’en vois, « consommer l’amour » c’est consommer tout court. Songez que plus d’un mois avant la mi-février, où il est de coutume de fêter les hymens, d’importantes précipitations promotionnelles nous publicitent l’épiderme jusqu’à l’os ! Saint-Valentin, patron des commerciaux ? Saint-Commercial, patron des Valentins ?

 

Car enfin, nom d’un Dom Juan à suspensions hydrauliques, faut-il donc que la moindre parcelle de nos vies, y-compris la plus intime, serve de terreau à quinze millions d’annonces mercantiles ?

A ce train là pourquoi ne pas glisser quelques encarts publicitaires pour de puissantes berlines allemandes dans un opus de Goethe, proposer la livraison d’une pléiade de roses en interlignes aux vers du grand Ronsard ? 

Qu’il y ait un peu de réclame pour des biens de circonstance lorsqu’une fête se profile, voilà qui semble naturel, mais que nos boîtes aux lettres, matérielles ou virtuelles, regorgent, un mois avant, d’une ribambelle d’invites où TOUT devient sujet de l’événement en perspective, y’a quelque abus !

 

Et j’en viens naturellement à l’incontournable situation de qui n’a pas la chance de vivre en douce idylle. Imaginez-vous chien errant de Bamako auquel on rebattrait les oreilles galeuses de mille slogans pour des pâtées gastronomiques et croquettes cordon bleu. Songez que, comme Médor, il pourrait vous prendre une impérieuse envie de mordre au mou des foisonnant marchands du temple d’Aphrodite !  


Et c'est ainsi, que sous certain point de vue, union et célibat pourront se résumer singlièrement. 

Alors, Cupidondons de la farce ou bien chiens enragés ?



Published by Alex - dans neofantaisie
commenter cet article
28 décembre 2008 7 28 /12 /décembre /2008 17:46

De nos jours le terme de communication a pris, pour le commun et à force de martèlement marketiste, un sens quasi synonyme de publicité. Il est de bon ton d’évoquer la prochaine « campagne de com’ » de la société Machin,  ou de lâcher nonchalamment entre deux verres de champ’ dans une soirée mondaine : « Oh, tu bosses dans la mode, c’est hype ! Moi j’ai une agence de com’ ».

 

Certes, à la base, le mot est plus volontiers associé à celui de journalisme, en ce qui serait un art de bien se faire entendre ou plutôt de se faire entendre mieux que les autres (usons de la double acception du verbe « entendre », qui s’emploie également pour signifier « comprendre »). Mais ne péchons pas trop par naïveté, de grâce ! Il faudrait revenir plus longuement sur la fonction de journaliste aujourd’hui et rappeler combien le métier tend à devenir un travail de documentaliste, voire « d’agrégateur », de machine à faire de la note de synthèse sans trop réfléchir au fond, sans trop réfléchir tout court, sans trop se cultiver, de préférence (on peut compulser à sur le sujet, par exemple, l’ouvrage de François Ruffin : Les Petits Soldats du Journalisme  paru chez Les arènes). Admettons plutôt que communication, et bien trop souvent journalisme, vont désormais souvent de paire avec promotion. Et ce ne sont pas les écrits de Platon ou des œuvres de Rembrandt qu’il s’agit de promouvoir, mais  plutôt tels biens ou services de consommation courante.

 

Notons au passage, combien de services d’internet gracieusement proposés pour favoriser la communication, qu’on nous dit, usent de fenêtres publicitaires. Que pensez-vous des objectifs souhaités par les plus grands promoteurs actuels de réseaux sociaux « gratuits » ? Croyez-vous qu’ils aient comme ambition principale de sceller de joyeuses communautés de copains et copines pour le plaisir des retrouvailles électroniques ? Le but est bel et bien de fournir un support compétitif aux afficheurs. Cela n’a certes rien d’un scoop, mais permet toutefois de s’interroger sur la forte collusion qu’entretiennent alors les notions de communication et de réclame.

 

Et quel personnage publique d’envergure, quelle Veri Importante Personne n’a pas, de nos jours, ses « conseillers en communication » ? Ne suggère-t-on pas au tiers-état en mal d’un emploi de « savoir se vendre » ? En somme, transmettre des informations, interagir verbalement ou non avec son entourage social pourrait se résumer à faire une bonne pub de soi, de ses idées, de ses compétences, ou des savonnettes qu’on trimballe dans sa valise. Intértessant. 

 

Mais pour mieux brocarder cette déplorable confusion amusons-nous d’un syllogisme hardi :

 

Si, comme le suggèrent Paul Watzlawick et les théoriciens de l’école de Palo Alto*,
on ne peut pas ne pas communiquer

et que
communiquer c’est faire de la réclame,

alors
on ne peut pas ne pas faire de réclame.

 

 

 

* Pour en savoir plus sur ce courant on peut lire La Nouvelle communication, de Yves Winkin paru au Seuil.

Published by Alex - dans neofantaisie
commenter cet article
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 14:13




Published by Alex - dans neofantaisie
commenter cet article

Accueil

  • : neofantaisie
  • : Un peu de fantaisie dans ce monde de brutes !
  • Contact

David Vincent l'a vu...

 untitled

Mes fôtiôs

Archivage Réglementaire

Techniques de Haute Fidélité

 Add to Technorati Favorites 

 

Le profil Facebook de Alexandre Bouchicot